Système constructif 15-01-2016

sezioni e sistema costruttivo - colori

Le système constructif est un système à sec. Il consiste en la réalisation de une nouvelle structure en bois (poteaux 20×20 cm, poutres 20×40 cm) qui se pose à l’intérieur des bâtiments existants. Les murs intérieur sont en polycarbonate (panneaux 43,5×600 cm) et les murs extérieur ont deux couches en polycarbonate avec de l’insolation transparentes au milieu. Une structure secondaire (dimensions : 10×10 cm, longueur maximale 600 cm) et des profilés en aluminium anodisé sont nécessaires pour soutenir les panneaux en polycarbonate. La parte porteuse des planchers est constitué des dalles en bois alvéolaire.

Retour vers l’opacité 18-12-2015

Après la conception des volumes qui permettent de permettre ou empêcher la vision de l’extérieur, l’analyse a été faite sur l’étude des petits volumes élémentaires qui composent les grandes volumes créés selon les perspectives. Les différentes volumes simples ont été conçus à partir des quels plus complexes pour avoir la hauteur maximale possible. Ces volumes s’imbriquent en créant différents niveaux de opacité et en définissant la position des planchers.

La simplification des volumes complexes a permis la création des espaces qui bénéficient de lumière et ventilation naturelles.

De l’enveloppe à l’intérieur 11-12-2015

WP_20151211_005La première maquette de cette semaine a été conçue en liaison aux perspectives faites la dernière semaine, grâce auxquelles il a été possible créer l’enveloppe des bâtiments.

Pour les façades est des halles centrale et ouest de la grande cathédrale la disposition de murs plus opaques ou plus transparents est lié à l’extérieur : où les bâtiments du conteste sont plus intéressants il y la transparence, où il ne sont pas intéressants il y a l’opacité. Généralement de les planchers à 5,8 m la vision des bâtiments extérieurs n’est pas complète. Pour les premières sept portiques de la halle centrale de la Grande Cathédrale il est possible voir les bâtiments industrielles à l’angle de Chemin des Petits Cailloux et Avenue du Président Wilson, donc il y la transparence aussi pour le niveau 5,8m. Pour la façade ouest de la halle ouest de la Grande Cathédrale il y a un enveloppe généralement opaque, mais où il y une perspective intéressante de la Petite Cathédrale, on a choisi de avoir un enveloppe transparent.

Pour la Petite Cathédrale la façade sud est conçue selon la liaison visuelle entra la cathédrale et la nouvelle école. Pour la parte de la Petite Cathédrale plus à nord, où il y a une perception de l’espace transversale aux voutes, il y a un grand espace transparent.

Questo slideshow richiede JavaScript.

La deuxième maquette a été créé à partir de la première en créant des volumes à l’intérieur des bâtiments selon l’enveloppe. Les volumes servent pour souligné les perspectives plus intéressantes. Le résultat de cette maquette est un volume très dense qui est creusé où on veut avoir une relation avec l’extérieur des halles.

De l’intérieur à l’extérieur 04-12-2015

Pour trouver une règle de composition l’analyse de cette semaine est lié à la liaison entre extérieur et intérieur, à travers l’analyse des perspectives possibles, prises en plusieurs points dans les deux cathédrales. L’idée est avoir plus transparence où l’extérieur est plus intéressante (où il y a bâtiments de qualité plus haute ou où il y a une composition des bâtiments plus complexe) et plus opacité où les bâtiments à l’extérieur ou leur composition sont moins intéressants. L’analyse des perspectives à différentes hauteurs selon la structure existante  (1,7 m et 6.9 m pour la petite cathédrales et 1.7 m, 5.8 m et 8.4 m pour la grande) a permis de régler aussi la choix de la position des planchers.

Pour la petite cathédrale il a été possible comprendre que pour les premiers deux halles à ouest l’extérieur n’est pas très intéressant, donc il est possible avoir plus opacité, pour les autre trois halles les perspectives sont plus intéressantes, donc la transparence doit être choisi. Pour avoir une perspective complète de l’extérieur, il est nécessaire installer un plancher proche à la façade sud à 6.9 m. Pour les derniers partes des cinq halles, l’utilise de un plancher peut nuire à la vision de les voutes.

Pour la grande cathédrale on peut voir que la halle ouest a un liaison avec les extérieur moins forte que les autre deux, mais pour les premiers portiques cette relation est plus forte. Donc on peut travailler plus sur la transparence avec la parte plus proche à la façade sud et plus sur l’opacité pour le reste du bâtiment. Pour la halle centrale et la halle est il y a un relation plus forte, donc il est possible avoir une façade plus complexe avec différents niveaux de opacité et transparence. Pour l’utilisation des planchers on peut dire que pour la halle ouest ils peuvent être utiliser pour avoir une vision de l’extérieur des voutes des autre halles et que dans la halle centrale et la halle est les planchers peuvent nuire à la vision de l’extérieur.

Questo slideshow richiede JavaScript.

 

Maquette d’intuition sur le polycarbonate 27-11-2015

meme house
Kengo Kuma, Meme Experimental House

Le problème principal de l’utilisation du polycarbonate comment unique matériau de revêtement est l’isolation des parts plus translucides, mais la Meme Meadows Experimental House de Kengo Kuma cherche de vaincre cette problématique.  Cette maison a une structure en bois et un revêtement complètement translucide obtenu par des façades composites avec une couche extérieur de polycarbonate, une intérieur de verre et un isolant translucide entre les deux qui permet le passage de la lumière. Les isolants translucides sont des panneaux en polycarbonate alvéolaire avec aérosol dans les alvéoles.

Cette technologie peut permettre la réalisation d’un bâtiment complétement translucide, qui est le but de cette maquette. L’idée à la base du projet est l’utilisation de plusieurs volumes qui s’imbriquent en créant différents niveaux de opacité, grandeur des espaces et planches aux différents hauteur. La grande cathédrale est divisée en trois parts pour utiliser la largeur maximale possible, dans la petite cathédrale il y a moins planches pour respecter la hauteur des voutes.

Transparence, Translucidité, Opacité 20-11-2015

WP_20151120_012Le choix de réfléchir sur la transparence est dérivé de l’analyse des espaces ouverts et fermés et de la décision d’utiliser plusieurs matériaux pour rendre cette idée d’ouverture et fermeture.

L’évolution de cet idée a porté à la décision d’utiliser seulement un matériau : le polycarbonate. Avec ce matériau il est possible rendre différents niveaux de opacité avec la superposition de plusieurs couches et les jeux de la lumière artificielle. L’enjeu de la transparence se croise avec quel des espaces intimes, collectifs et publiques : plus l’espace est intime et plus haute est son opacité, donc plus couches de polycarbonate « protègent » ces espaces. De l’extérieur à l’intérieur il y a un augmentation des couche et donc les espaces intimes sont le plus loin possible de les rues.

L’utilisation du polycarbonate est différent dans les deux cathédrales. Dans la grande cathédrale la perception de l’espace est lié à l’idée du volume, donc les couches créent un idée de « boîtes », l’une interne à l’autre. Dans la petite la perception est lié à l’orientation des voûtes : l’espace plus proche à la rue a une direction principalement longitudinale à les voûtes, l’espace plus proche à l’intérieur de la parcelle a une direction transversale. Donc, les couches sont utilisés comment surfaces libres.

WP_20151120_009

Ouverture et Fermeture des espace 13-11-2015

WP_20151112_005La maquette de cette semaine a été conçue en partant d’une analyse du contexte. Les bâtiments très hauts de Rue du Bailly et les bâtiments industriels de Chemin des Petits Cailloux ferment la parcelle si physiquement si visuellement, donc pour ouvrir les Cathédrales à la ville deux cours ont été réalisés. La décision d’utiliser la typologie morphologique de la cour et de travailler sur la thématique d’ouverture et fermeture des espaces sont dérivé de l’analyse du contexte et de la volonté d’explorer l’idée de légèreté et lourdeur.

Trois niveaux de ouverture ont été analysé : espaces ouverts mais couverts (espaces avec seulement structure et toiture mais sans murs), espaces intermédiaires (espaces plus perméables que les espaces fermés mais moins que lesquels ouverts) et espaces fermés (espace plus intimes at avec peu de relations visuelles avec l’espace extérieur). La disposition de ces trois niveaux est liée aux mouvements des étudiants et habitants à l’intérieure de la parcelle et des bâtiments. Les prolongements des bâtiments vers les rues sont espaces ouverts et créent les cours. Les espaces intermédiaires sont conçus comment un espace qui entoure les espaces fermé et qui peut être utilisé comment espace de circulation et de socialisation. Leur positionnement est lié à les mouvements des étudiants. Les espaces fermé sont l’espace pour les salles de cours et les studios. L’espace intermédiaire divise les espaces fermés en différents petits bâtiments.

Cet analyse a souligné l’importance de la relation entre espaces publiques et privés et l’idée de travailler sur différents niveaux de transparence.